aleksander-lobanov

Accueil du site > Aleksander Pavlovitch LOBANOV

Aleksander Pavlovitch LOBANOV

Alexander Pavlovitch Lobanov est une authentique figure d’art brut, la dernière grande découverte à ce jour.

En 1924, il nait à Mologa, en Russie, petite ville qui sera engloutie progressivement à partir de 1940 par la mise en eau du barrage de Rybinsk (les grands travaux – VPK - commandités par Staline dès 1932, qui seront exécutés par les prisonniers des goulags de la Volga).

La famille de Lobanov se réfugie à Iaroslavl (à moins de 300 Km au Nord-est de Moscou, sur la Volga) autour des années 40 comme nombre d’habitants de cette région. Alexandre, l’ainé d’une fratrie de trois, sourd et muet à la suite d’une méningite, contractée avant l’âge de cinq ans, ne peut plus être assumé par sa mère devenue veuve pendant la guerre. L’handicape de Lobanov se double d’une maladie mentale - il sera interné en 1945 à Iaroslavl puis déplacé à Afonino où il décèdera le 21 avril 2003. Après une période de grande violence, qui durera presque 20 ans, autour de 1963, il se met à dessiner et peindre et en 1965 travaillant avec Guénady le chauffeur de l’hôpital il ira à Iaroslavl et grâce à son ami Guénady il se fera photographier. Ces séances de photographies feront l’objet au cours des années d’un vrai travail de réparation. Lobanov se mettra en scène au sein de ses œuvres.

Son œuvre ne sera reconnue qu’à partir de juillet 1999. Il acquiert, pour son anniversaire au Musée des Beaux arts de Iaroslavl, début septembre 1999 une pension et un « passeport ». Depuis, avec la reconnaissance sur le marché mondial et le vide juridique qui entourent ce type d’expression, son œuvre est l’enjeu de bien des convoitises.

Le travail d’Alexandre P. Lobanov est d’autant plus intéressant qu’il met à jour l’iconographie soviétique en regard de la maladie psychique.

AFONINO : avec référence à Lobanov

https://ru.wikipedia.org/wiki/%D0%90%D1%84%D0%BE%D0%BD%D0%B8%D0%BD%D0%BE_(%D0%AF%D1%80%D0%BE%D1%81%D0%BB%D0%B0%D0%B2%D1%81%D0%BA%D0%B8%D0%B9_%D1%80%D0%B0%D0%B9%D0%BE%D0%BD)

  • download

    articles of the book Encountering Aleksander Pavlovitch Lobanov Patricia Janody and Dominique de Miscault Reversible drawings Guy Roux

  • DIVERSE EVENTS

    A perspective and a desire A figure but also the works of this brilliant figure of the Russia/USSR of 20th century must be highlighted and there even saved. Same as Alexandre Lobanov could create a work and provide us it because he was in a framework to Afonino, similarly we need to create for him, a "bubble" in the jungle of the art market. It is so rare and so exceptional work that he cannot be "used" and the so-called integrated to the collection INYE, as one among others. Is not (...)

  • LES SINGULIERS DE L’ART dont LOBANOV

    A. S. MIGUNOV, Professeur Docteur ès Sciences philosophiques, titulaire de la chaire d’esthétique de la faculté de philosophie de l’Université Lomonossov de Moscou (MGU) 2004 ART MARGINAL Le point de vue du clinicien sur la création est incontestablement important. Sigmund Freud mettait l’accent sur le fait qu’il était loin de l’analyse critique de la création artistique. Léonard de Vinci, Fedor Dostoïevski et d’autres génies ne l’intéressaient pas comme les « patients » peuvent intéresser le (...)

  • vidéos

    Projection-débat LOBANOV (art et psychiatrie en URSS) Projection -débat, le vendredi 20 mars 2009 à 19h00 du film documentaire sur la vie et l’œuvre du peintre d’art brut Alexandre Pavlovitch Lobanov, réalisé par P.A. Saguez et D. de Miscault. mologa arbre.jpgAlexander Pavlovitch Lobanov est une authentique figure d’art brut, la dernière grande figure découverte à ce jour. Né en 1924 en URSS à Mologa, devenu sourd et muet à l’âge de 5 ans à la suite d’une maladie, il sera interné en hôpital (...)

  • D’autres productions...

    1er janvier 2019 https://www.outlookindia.com/websit... pioneered-new-wave-in-indian-cinema/322647 octobre 2018 Comme il doit être difficile de tenter une unité ne serait-ce qu’au niveau de la mise en scène d’une exposition quand des rapaces se rassemblent autour d’une proie qui se meurt essoufflée, étouffée… …et qui, pour le coup, s’échappe ou s’évade par la porte avec ses hommes de ménage pleins de charme : Le film est magnifique et combien évocateur. De même que ce splendide derviche, berger fou (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20